Dmitry Orlov

Dmitry Orlov (митрий Орлов), né en 1962, à Leningrad (aujourd’hui Saint-Pétersbourg) et est arrivé aux États-Unis à l’âge de 12 ans. Tout suivant un Bachelor of Science en informatique et un Master en linguistique appliquée, il effectue de multiples visites dans son pays natal à la fin des années 1980 et au début des années 1990, il est témoin de l’effondrement de l’URSS. Ayant gardé un regard critique sur son nouveau pays et sur les sociétés occidentales en général. Il a su y déceler les prémices d’un effondrement et les faits lui donnent de plus en plus raison… Dmitry Orlov est ingénieur et a travaillé dans de nombreux domaines incluant la recherche en Physique des Hautes Énergies, le commerce en ligne et la sécurité informatique. Durant les huit dernières années, il a expérimenté un mode de vie autonome grâce aux énergies renouvelables, en abandonnant maison et voiture. À la place, il vit sur un voilier, naviguant le long de la côte Est de l’Amérique du Nord, et se rend au travail à bicyclette. Dmitry croit qu’avec une technologie appropriée nous pouvons grandement réduire notre consommation personnelle de ressources tout en demeurant parfaitement civilisés.

Dans son ouvrage Les cinq stades de l’effondrement, paru en 2013, il décrit ces cinq étapes possibles :

  1. Effondrement financier : les institutions financières deviennent insolvables et les banques ferment ;
  2. Effondrement économique : pénuries de biens essentiels et décomplexification de l’économie ;
  3. Effondrement politique : la corruption remplace les services de l’administration ;
  4. Effondrement social : perte des institutions sociales locales et guerre civile ;
  5. Effondrement culturel : perte de l’empathie et de l’humanité ;
  6. Effondrement écologique

En juin 2016, suite à la parution de son édition française, il répondait sur le Saker ceci :

Les cinq étapes offrent un bon échafaudage intellectuel de réflexion sur les différents effondrements qui se déroulent, avec quelques mises en garde.

Tout d’abord, il est clair que les étapes peuvent se chevaucher ; il n’est pas nécessaire que l’effondrement financier aille à son terme avant que l’effondrement commercial et politique puisse commencer. Les effondrements sociaux et culturels sont largement entamés à certains endroits (des parties entières des États-Unis me viennent à l’esprit). Les effondrements peuvent se produire dans des poches relativement petites, franchir une ou deux étapes, et parfois même inverser leur cours, comme c’est arrivé en Russie après l’effondrement de l’URSS.

Mais il y a aussi des exemples emblématiques : l’Ukraine traverse actuellement l’ensemble des cinq étapes dans une spectaculaire cascade d’échecs.

Deuxièmement, il y a toujours des surprises. Je suis toujours étonné de voir comment les autorités financières mondiales ont été habiles à perpétuer une sorte de suspension théâtrale de l’incrédulité, ce qui a rendu l’insolvabilité systémique normale. Si j’avais prédit des taux d’intérêt négatifs, il y a quelques années, les gens auraient ri de moi, et pourtant ils sont là! Nous savons tous que la bulle de la dette va éclater, et que quand elle le fera, tout le monde se retrouvera avec du chewing-gum dans les cheveux, mais nous ne savons pas quand cela se produira. Une autre grande surprise a été la volonté des investisseurs de jeter de l’argent facile dans une production  marginale d’hydrocarbures, qui est maintenant à l’origine d’une vague massive de faillites dans le secteur de l’énergie. Nous savons que les réserves de pétrole conventionnel s’épuisent de 5% par an, sans rien pour les remplacer, et que la surabondance actuelle ne durera que quelques mois, mais nous ne savons pas encore quel processus va courir le plus vite, l’épuisement du pétrole ou l’effondrement industriel. Nous connaissons le résultat final: le pétrole finira par être considéré comme un déchet toxique inutile.

Troisièmement, lorsque j’ai écrit ce livre, je ne donnais pas l’attention voulue à l’effondrement de l’environnement, et pourtant il se révèle être l’un des plus importants. Mais il est difficile d’être précis à ce sujet en ce qui concerne d’autres tendances de l’effondrement. D’une part, c’est une mort à petit feu; le réchauffement de la planète va rendre l’agriculture impossible dans de nombreuses régions de la planète; l’élévation du niveau des océans va déloger près de la moitié de la population mondiale en inondant les villes côtières; l’acidification des océans est en train de détruire les chaînes alimentaires marines et priver les populations côtières et insulaires d’une source de nourriture essentielle. D’autre part, la probabilité accrue de phénomènes météorologiques extrêmes liés au réchauffement climatique peut avoir des conséquences soudaines et assez surprenantes.

Par exemple, une vague de chaleur en Russie en 2010 a influencé la récolte de blé, ce qui a provoqué l’arrêt des exportations de céréales de la Russie, conduisant le prix du couscous à crever le plafond, provoquant le printemps arabe, qui à lui-même conduit une vague de migrants à inonder l’Europe ensuite, provoquant des divisions dans la solidarité européenne. Le changement climatique est comme une bombe en caoutchouc :

Le nombre de victimes ne peut être calculé, car elle continue à sauter partout, sans fin.

https://lesakerfrancophone.fr/les-cinq-stades-de-leffondrement

Suivre Dmitry depuis des années vous fait passer de très bon moment par une belle écriture, désespérante et réjouissante, il a aidé beaucoup de personne à voir plus loin. Il a un blog, traduit sur le Saker Francophone, où on peut retrouver tous ses articles.

Je vous conseille la série Réduire la techno-sphère dont voici les liens ;

  • Réduire la techno-sphère, Partie I :
    • Le 28 Septembre, en s’adressant à l’Assemblée générale de l’ONU, M. Poutine a proposé «la mise en œuvre des technologies proches de la nature, qui permettront de rétablir l’équilibre entre la biosphère et la techno-sphère». C’est nécessaire pour lutter contre la catastrophe du changement climatique mondial, parce que, selon Poutine, les réductions d’émissions de CO2, même si elles sont appliquées avec succès, ne seraient qu’un simple report plutôt qu’une solution.

Pour continuer

  • Réduire la techno-sphère, Partie II
    • Les technologies politiques ont trois objectifs principaux :1. Changer les règles du jeu entre les participants dans le processus politique.
    • Introduire dans la conscience de masse de nouveaux concepts, des valeurs, des opinions et des convictions.
    • Manipuler directement le comportement humain à travers les médias de masse et les méthodes administratives.

Pour continuer

  • Réduire la techno-sphère, Partie III
    • Nous allons maintenant tourner notre attention vers les technologies politiques utilisées par les États-Unis contre le reste du monde. Cela peut sembler une digression à la tâche de répondre à la question brûlante, à savoir comment apporter des changements sociaux afin d’éviter la catastrophe climatique, mais c’est nécessaire.

Pour continuer

  • Réduire la techno-sphère, Partie IV
    • un extrait : D’autres lecteurs ont dit en chœur que cela pourrait être la permaculture. C’est vrai que la permaculture est de fait vraiment intéressante. Le terme couvre la gamme allant des principes généraux conceptuels aux pratiques spécifiques pour traiter le paysage, en particulier pour produire de la nourriture. La plupart des technologies impliquées sont non industrielles et chargées en réflexions plutôt qu’en énergie, ce qui est une bonne combinaison. La permaculture a probablement un rôle à jouer, si un chemin peut être trouvé pour l’enseigner à des gens qui sont trop occupés à survivre tout simplement pour assister à des cours très chers dans des endroits exotiques.

Pour continuer

  • Réduire la techno-sphère, Partie V
    • à quoi ces technologies «proches de la nature» pourraient ressembler. Par «proche de la nature», nous entendons quelque chose qui est en équilibre avec la nature, ses rythmes, à la fois diurnes et annuels, et ses cycles : de l’eau, du dioxyde de carbone (CO2), des nutriments organiques et du renouvellement des générations humaines. Par «technologies», nous entendons le savoir-faire, transmis de génération en génération, dont on a besoin pour survivre, non pas tous les gadgets ou une quelconque machinerie, pas l’internet des objets, les nano – ceci ou les «génétiquement modifiés» – cela.

Pour continuer

  • Réduire la techno-sphère, Partie VI
    • A lire ! Conditions de survie possible : Supposons que votre situation est telle que vous avez besoin d’effectuer un changement rapide de lieu. Les circonstances qui incitent à ce genre de déménagement peuvent être très variées, mais les plus communes et les plus prévisibles sont :

Pour continuer

  • Réduire la techno-sphère, Partie VII
    • A lire ! Vous avez survécu à votre premier hiver sur votre terre. Félicitations à vous ! Le pire moment de l’épreuve est très probablement derrière vous. Vous en avez fini avec toutes les dépendances et les attentes qui vous avaient accompagnées jusqu’ici, que ce soit l’accès à Internet ou le café. Votre nouveau monde se compose de peu de gens autour de vous, et d’une grande quantité de plantes et d’animaux. Mais c’est un monde qui est le vôtre, pour en tirer le meilleur et le transmettre à vos enfants et petits-enfants.

Pour continuer

  • Réduire la techno-sphère, Partie VIII
    • Et si vous avez passé la plupart de votre vie assis sur une chaise au bureau, avec le thermostat réglé quelque part entre 21 et 23 ° C, alors vous pourriez ne pas posséder les couches de graisse brune vascularisée et les puissants systèmes cardiovasculaire et digestif nécessaires pour effectuer un travail manuel par -40°C, alimenté par du thé chaud et par toute la graisse animale que vous pourrez attraper. Pas plus que vous ne possédez des glandes sudoripares puissantes, une peau se tannant vite et presque complètement indifférente aux insectes pour pouvoir accomplir un travail manuel intensif pendant les étés courts mais chauds. Si vous trouvez l’odeur des corps offensante, si vous aimez les assainisseurs d’air et les bols d’essences odorantes, alors il est difficile d’imaginer que vous pourriez être heureux en grattant et travaillant une peau d’ours rance, nu – pour protéger votre seul ensemble de vêtements – et recouvert de la tête aux pieds de graisse d’ours pour garder la chaleur. Enfin, si vous êtes un végétalien intolérant au lactose sans gluten, qui pense que travailler la fourrure est un crime, alors il peut être aussi difficile de vous imaginer vivre avec un régime composé de choux, de navets et de pain de seigle, comme nourriture de base, plus quelques pommes de terre comme friandises, complété par tous les animaux que vous parviendrez à attraper ou à piéger.

Pour continuer


Quelques articles remarquables ….

  • Stratégies pour atténuer l’effondrement
    • Que pouvons-nous faire pour éviter les différents scénarios les plus défavorables ?
  • Les 150 liens forts: Une voie vers un avenir différent
    • Nous sommes aveugles à l’importance de la force réconciliatrice de notre système actuel, qui se trouve être intrinsèquement négative, et que ce n’est que par cette compréhension que nous pourrions avoir une chance de trouver une meilleure façon de faire les choses, toute autre solution ne consistant qu’à tourner autour du pot.
  • Comment simuler une mission impossible ?
    • Ceux qui ont été assez malchanceux pour obtenir des diplômes en physique ou en ingénierie ne peuvent pas s’empêcher de ressentir beaucoup de dissonance cognitive quand on leur demande d’étouffer leur incrédulité, inévitable, dans cette histoire très peu probable racontant que les Américains avaient foulé le sol de la lune

La lecture de ce dernier billet de Orlov, Comment simuler une mission impossible ? va nous aider à vous présenter ce Monsieur ….


On en a un peu de toutes …

Vous aimerez aussi...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer