Histoire de l’habitat léger

Il a toute une histoire, sans remonter à nos ancêtres…

Celui de bien avant, des grands parents de la famille habitat léger, était représenté par les roulottes de gitans.

J’avais rencontré dans les années 80, le fils déjà âgé, sédentarisé depuis longtemps, qui tenait une casse de voiture à Marloie. Ses parents passaient de village en village avec une roulotte suivi de toute une ménagerie de corbeaux et pies apprivoisés, chèvres et chiens. Ils s’installaient sur la place du village, tendaient un drap blanc, en cercle autour de la roulotte, d’où à la nuit tombée, quand tout le monde avait apporté sa chaise, bien installé, la projection commençait. La vie de Bernadette Soubiroux et les apparitions de Lourdes et les mêmes bons vieux Charlot ont fait le tour des villages de Famenne-Ardenne et la joie des petits et grands. Jusqu’à l’arrivée des nazis, dénoncé par un mauvais, pourtant bien cachée dans un ravin, la famille a été piégée, et seul le petit garçon a pu se sauver. Nul ne revit ses parents et personne ne rendit la justice ou la mémoire, voila qui est modestement fait.

Le parent de l’habitat léger, celui de papy et mamy, c’est la caravane.

Pionniers des voyages à travers l’Europe et le monde, les congés payés ont donné à toute une génération le bonheur de vivre, comme chez soi, mais ailleurs. On a créé des emplacements spéciaux pour les ranger, les campings. Certain en on fait un mode de vie, les voyageurs, rejoignant sur les routes les derniers tsiganes qui avaient résisté à la sédentarisation forcée, exerçant le métier de forain, bien souvent.

Les enfants ont renouvelé le genre. Pour certain c’est le motorhome ou l’auto-caravane, d’autres la yourte, le tipi, la cabane, ..

L’habitat léger à l’heure actuelle répond à bien d’autres attentes.
Pour certain, c’est un non-choix, quand on n’a plus rien, il ne reste que l’habitat dans ces campings, devenus résidences permanentes, quand les loyers sont devenus trop élevés ou que la pension ne suffit pas.
Pour d’autres, c’est un choix de vie : plus de simplicité, en contact avec la nature, recherche d’une autre manière de vivre, sans être couvert de dettes, plus sédentaire, pour mieux profiter d’un jardin, évolutif, il s’installe durablement dans notre nouvelle réalité.

La yourte mongole et son évolution

Une yourte,ou plutôt ger, typique mongole.Yourte mongole

Une yourte, ou plutôt le ger, typique mongole.

J’en ai acquis deux, les mêmes, quand je comptais m’installer en Espagne.

Elle fait 25 m² au sol, pour un diamètre de 5,8 m extérieur. C’est un espace bien suffisant comme pièce de vie. Il ne manquait qu’un peu plus de lumière, que j’augmenterai en ajoutant un châssis vitré. Elle ont coûté 5600€ pièce. Le prix ne comprend pas un plancher, qui doit être isolé, et même en Espagne, les hivers sont glacés…

On les trouve à Anvers auprès Edgard Swinnen, parfait multilingue, sur yourtesbelgique.be, qui les importe directement, via le réseau de son épouse, originaire de Mongolie. Elle vous aidera à la monter, avec vos aidants, s’y vous n’y arriver pas.

 

Des constructeurs, dont beyurt.be, réalisent des versions plus lumineuses, plus hautes, résistant mieux à nos climats humides, mais plus cher.

Je vous ai gardé le meilleur pour la fin, mon ami et voisin de Porcheresse, Damien Craps, qui vous enchantera par ses réalisations où vous pouvez mettre la main à la patte. Son site et atelier à visiter Habitats sur pattes.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer