Biochar ou agrichar

Composé en majeure partie de carbone, le biochar s’obtient par pyrolyse (carbonisation avec peu ou pas d’oxygène) de matières organiques diverses. C’est un charbon utilisé pour améliorer ou restaurer les sols,  agrichar en donne une meilleure compréhension.

Les anciens de nos régions connaissaient la fertilité des sols aux endroits qui avaient accueilli les feux de charbonniers, les aires de fauldes.
On en trouve partout en Wallonie car le charbon de bois a été l’unique combustible utilisé en métallurgie jusqu’au 19e siècle.
Les effets positifs de la présence de charbon de bois dans les sols sont encore mesurables  dans les plus anciennes aires de fauldes dont certaines ont plus de 700 ans !

Aires de faulde en terres agricoles [3]

Origine

Les peuples vivants en forêt dans l’Amazonie découvraient, il y a + de 6000 ans, que l’ensemble des déchets des villageois, mêlé à du bois incomplètement brulé, en passant par une fermentation dans des grands pots en céramique, incorporés dans les sols, créait un sol très fertile à long terme. L’utilisation du charbon pouvait transformer leurs sols pauvres et infertiles, en sols très productifs, appelé terra preta. Cette fertilité se maintenant sur la durée, c’est sous forme de substrat en agriculture et en horticulture, que cette terra preta est commercialisée de nos jours. Voir toute l’histoire de cette découverte, à cette page.

Des fragments de poterie, certaines pièces sont de grands pots, ont été trouvés dans des régions de l’Amazonas [3].

Effet agronomique comme amendement des sols

  • Le charbon de bois augmente, surtout dans les sols sablonneux, la rétention d’eau des sols, en aidant à fixer la matière organique sous forme d’humus.
  • Dans les terres argileuses, il aurait un effet régulateur, perdant même un peu de leur capacité à retenir l’eau, mais favorisant une meilleure aération, rendant ainsi le sol propice au développement racinaire des plantes.
  • Par ailleurs l’apport de biochar permet d’absorber les polluants organiques et les métaux lourds dans le sol. La structure microporeuse du charbon de bois lui permet de retenir et de fixer de nombreuses molécules toxiques présentes dans l’eau et de contribuer à sa dépollution.
  • Le biochar agit de manière indirecte à travers le relèvement du pH, plusieurs microorganismes du sol à l’exemple des bactéries ont un développement optimal en milieu proche de la neutralité (pH 6-7).
  • De plus le biochar, par sa porosité, car les cavités du charbon de bois peuvent êtres utilisés par les microorganismes comme refuges contre les prédateurs, préserve la vie microbienne nécessaire à un sol riche, vivant et productif.
  • Bien que la structure du carbone du biochar est résistant à l’attaque par les microorganismes, il a été observé qu’une faible proportion du carbone contenue dans le biochar peut être disponible aux microorganismes.
  • Le biochar a un effet bénéfique sur les mycorhizes qui vivent en symbiose avec les racines des plantes.(+40 % de champignons de mycorhize)
  • En facilitant le développement des bactéries et des champignons, le biochar aide à une meilleure structuration du sol, et sur une plus grande profondeur, le milieu devenant alors moins sensible au feu et à l’érosion
  • Diminue le lessivage des nutriments, notamment des nitrates.
  • La fixation microbienne de l’azote, qui est capté dans l’air, est augmentée et expliquerait pour partie la conservation de la richesse du sol.
  • Amélioration de la rétention des nutriments disponibles (N, P, Mg, Ca …) (+50 % d’échanges cationiques)
  • Certains éléments, comme l’aluminium et le mercure, sont beaucoup plus élevées en zone tropicale qu’en zone tempérée. L’aluminium libre est un facteur toxique limitant la croissance des plantes. Le biochar a diminué le taux d’ions d’aluminium échangeables dans le sol, par un mécanisme encore mal compris.
  • Diminution des émissions de N2O et de méthane dans les sols vite saturé en eau, les sols argileux.
  • L’augmentation de la matière organique dans le sol (humus) fait suite à l’oxydation lente du charbon de bois. Cette augmentation stimule la libération des phosphates et sulfates utiles aux plantes.

D’autres aspects interviennent peut-être, qui pourraient être mis à jour par les recherches en cours.

Une solution durable à l’échelle mondiale

Ainsi, l’on peut affirmer que les agrichars participerons à l’avenir des productions agricole mondiale, car du fait de leurs propriétés exceptionnelles, (durabilité, économies d’intrant, santé du sol, santé des productions, résistance aux maladies, moins de traitement), les terra Preta permettrons de produire une agriculture aussi performante, voir plus performante que l’actuelle (dû à l’amélioration des sols ingrats) et surtout de retrouver une qualité de production malgré l’intensification nécessaire de la production.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer