Aller à la barre d’outils

90 éléments de notre tech-monde

Fragilités dans le tableau périodique des éléments

Tableau de Mendelev, sorti il y a 150 ans, a été entièrement redessiné de sorte que l’aire occupée par chaque élément représente l’échelle de son abondance et codée par couleur pour indiquer sa vulnérabilité.

  • En rouge : l’hélium (He), l’argent (Ag), le tellure (Te), le gallium (Ga), le germanium (Ge), le strontium (Sr), l’yttrium (Y), le zinc (Zn), l’Indium (In), l’arsenic (As), le hafnium (Hf) et le tantale (Ta).
  • Les zones orange et jaune du nouveau tableau périodique anticipent également les problèmes causés par une utilisation accrue de ces éléments.
  • Le vert signifie qu’il y a abondance d’oxygène (O), d’hydrogène (H), d’aluminium (Al) et de calcium (Ca).
  • Quatre éléments – l’étain (Sn), le tantale (Ta), le tungstène (W) et l’or (Au) – sont colorés en noir parce qu’ils proviennent souvent de minéraux de conflit
  • Sur les 90 éléments, 31 portent un symbole de smartphone – reflétant le fait qu’ils sont tous contenus dans ces appareils. Cela comprend les quatre éléments provenant des minéraux de conflit et six autres dont la durée de vie utile prévue est inférieure à 100 ans.

Il y a maintenant 118 éléments connus, dont seulement 90 sont présents dans la nature, les autres sont pour la plupart des éléments créées dans les laboratoires.

Quatre éléments – l’étain (Sn), le tantale (Ta), le tungstène (W) et l’or (Au) – sont colorés en noir parce qu’ils proviennent souvent de minéraux de conflit, c’est-à-dire de mines où les guerres se font pour leur appropriation. Elles pourraient toutes être d’origine plus éthique, ce qui nous rappelle que les entreprises doivent soigneusement retracer leur origine pour s’assurer que les gens ne sont pas morts pour pouvoir fournir les minéraux en question.

Mais comme le souligne la nouvelle version du tableau périodique, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour conserver et recycler les 90 précieux éléments constitutifs de notre monde merveilleusement divers. Si nous ne commençons pas à prendre ces problèmes plus au sérieux, bon nombre des objets et des technologies que nous prenons maintenant pour acquis deviendront peut-être des vestiges d’un temps plus riche dans quelques générations – ou seulement accessibles aux personnes plus fortunées.

Extrait d’un article de David Cole-Hamilton qui est professeur émérite de chimie à l’Université de St Andrews. Pour lire l’article complet va sur le site les-crises.fr


Après six ans d’enquête, le journaliste Guillaume Pitron nous alerte sur les impacts environnementaux et sociaux des métaux rares, indispensables au développement des technologies vertes. La transition énergétique est-elle aussi vertueuse qu’on le croit ?

Les terres rares, qui font partie de la famille des métaux rares, jouent un rôle essentiel dans la transition énergétique. On les retrouve notamment dans les technologies vertes. Crédits : Cc

Les terres rares, qui font partie de la famille des métaux rares, jouent un rôle essentiel dans la transition énergétique. On les retrouve notamment dans les technologies vertes. Crédits : Cc

En nous émancipant des énergies fossiles, nous nous créons une nouvelle dépendance, selon Guillaume Pitron, une dépendance aux métaux rares, indispensables au développement des technologies vertes. Le journaliste et réalisateur, spécialiste de la géopolitique des matières premières, a enquêté pendant six ans sur les métaux rares, ces ressources aux extraordinaires propriétés dont dépend le succès de la transition énergétique et technologique. Aujourd’hui, il nous met en garde contre les impacts environnementaux et sociaux de cette nouvelle dépendance qui pourraient être plus dévastateurs encore que ceux causés par l’industrie du carbone.

Vous êtes un des seuls journalistes à vous intéresser à la question des métaux rares. Que sont ces métaux ?

C’est assez simple. Ce sont des métaux 1 000 à 4 000 fois moins abondants que les métaux usuels. Les métaux rares sont plus difficiles à extraire et à raffiner et demandent un outil industriel très développé. Ils sont mélangés aux métaux usuels comme le fer, l’aluminium, le zinc ou le cuivre et associés naturellement à l’écorce terrestre. Ce sont le gallium, l’indium, le graphite… Ensuite, au sein de la famille des métaux rares, on distingue les terres rares, un groupe de 17 métaux aux propriétés voisines : le scandium, l’yttrium et les quinze lanthanides.

Quels sont les plus gros pays producteurs de métaux rares ?

Contrairement à ce que leur appellation laisse entendre, les métaux rares sont présents partout sur terre. Mais seuls certains pays se sont spécialisés dans leur extraction. C’est le cas de la Chine qui assure 95 % de la production mondiale des terres rares et exploite des mines de tungstène, de graphite, de gallium, d’indium et de germanium. Le Kazakhstan extrait du chrome, la République démocratique du Congo (RDC) du cobalt et le Brésil du niobium. Quant au lithium, un métal abondant mais aussi essentiel à la transition numérique, ses principales mines se trouvent en Australie, au Chili, en Bolivie et en Argentine.

En quoi les métaux rares sont-ils indispensables dans l’économie mondiale et pour la transition énergétique et numérique ?

Tous les produits technologiques en contiennent en très petite quantité : les LED, les puces de smartphone, les écrans d’ordinateur portable… Les métaux rares sont, en quelque sorte, des additifs qui décuplent la puissance de tous ces objets que nous utilisons au quotidien. Sans leurs propriétés extraordinaires, nos technologies seraient moins puissantes, moins rapides, moins malléables. Par exemple, ce sont eux qui permettent la miniaturisation des téléphones mobiles. Ils entrent aussi dans la composition de la plupart des technologies vertes, dont la convergence avec les technologies numériques est au fondement même de la transition énergétique. Conclusion : sans métaux rares, pas d’éolienne ni de batterie de voiture électrique.

Quelles pourraient être les conséquences d’une pénurie à court ou moyen terme au niveau mondial ?

Les métaux rares sont utilisés dans des industries clés. Compte tenu de leur caractère stratégique, la demande va exploser dans les prochaines années. Cela provoquera inévitablement des tensions entre une forte demande et une offre relativement faible.


Guillaume Pitron : « Les métaux rares interviennent dans des milliards d’objets du quotidien »

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Vous aimerez aussi...

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer